Erzavkabum

Erzavkabum

l'étiquette

Publié le 17 Juin 2013, 08:01am

Ça nous arrange de parler des enfants rebelles, des hommes et femmes rebelles, des peuples et des vieillards rebelles, même.

On fait ainsi diversion. Ça nous évite d'évoquer l'étiquette.

Cette rebelle vestimentaire qui peut envoyer au chaos une journée qui pourtant avait donné, dès le réveil, toutes ses promesses de tranquillité. Fluide, organisée, presque inaperçue.

 

Ça a commencé vers 8h05 dans le métro. Elle s'est fendu une place sous le fallacieux prétexte des mouvements sportifs (un millier) perpétrés au préalable entre la porte d'entrée de l'appartement et la bouche de métro.

Cinq cent dix pas et mille vingt (au moins) raisons de rébellion.

Longue, soyeuse, très belle (certains designers vont jusqu'à ce perfectionnisme).

Une vraie fabrique à guillis.

 

Elle pourrait de son long rectangle retomber molle de l'autre côté de la culotte. C'est en tout cas ce que la logique envisage. Et j'attends avec patience que la logique se réveille. Mais non. Elle reste droite, comme occupée par le diable à me chatouiller le creux des reins.

 

La région des reins est particulièrement réceptive aux effleurements les plus discrets.

Quelque chose de très nerveux, presque hystérique. D'amplifications et répliques sismiques.


Elle m'agaçe, puis devient vite une préoccupation d'obsession.

 

D'un geste discret je pourrais la remettre en place. Un geste mieux discret que celui qu'ont les femmes, même élégantes, à remettre l'élastique rentré en mange-culotte à l'intérieur du galbe fessier.

Schplaffffz ! Geste furtif mais O combien insolite, inoubliable. La féminité n'est souvent qu'une parodie d'élégance, un simulacre d'apparence. La réalité est beaucoup plus vestiaire.

[C'est ainsi, en vérité, qu'elle s'humanise]

 

Toute la journée l'étiquette va me chatouiller, donc. Trouverai-je le bon moment furtif de la remettre en place, dans un geste de grâce, je sais d'avance qu'il me faudra plus de temps à l'ouvrage - qui sollicite trois types de concentrations combinés en simultané - qu'il ne lui faudra, à elle, pour me défier une nouvelle fois.

 

L'opportunité de trouver une paire de ciseaux, l'opportunité d'une connivence pour demander à ce qu'on me la prête et que je m'absente quelques instants dans des toilettes sans que l'événement ne paraisse ni désespéré, ni trop suspect. Rien au programme de la journée ne laisse envisager une telle félicité d'opportunités.

 

En sortant à la station Cambronne, je m'engouffre dans le premier café aérien, commande un café et me dirige vers les toilettes. J'enlève la culotte. Victoire sur l'étiquette.

 

 

Il y a les grands maux des temps, des injustices insoutenables et il y a des détails de la vie quotidienne qui parfois téléscopent l'ordre des choses et la gravité de leur importance. Ils s'ordonnent d'emblée, d'autorité, en première place des priorités.

 

Articles récents