Erzavkabum

Erzavkabum

Une femme est-elle humaine ?

Publié le 18 Février 2013, 10:56am

Profession, employée de maison : un film photographique - Décembre 2012

 

 

Source et suite Ici Monde Diplomatique

 

 

"L'exploitation de travailleurs immigrés est un thème dont nous sommes tous familiers. Beaucoup d'entre nous ont entendu parler des dures conditions de travail subies par des milliers de jeunes femmes asiatiques comme, par exemple, dans certains États du Golfe. Ce que nous ignorons est comment, au cours de ces dernières années, le phénomène s'est métamorphosé en une véritable profession, avec des écoles spécialisées qui forment de jeunes Philippines, étant sur le point de migrer en Arabie Saoudite ou à Hong-Kong, à devenir des domestiques accomplies...

 

En octobre 2001 Monde Diplomatique a mené une enquête dirigée par Julien Brygo en Philippines, "des employées de maison philippines pour l'exportation". Cette enquête est rendue disponible par un film exclusif basé sur les photographies et les entretiens rassemblés pour cet article." Le Monde Diplomatique.

 

Il existe environ cinq cents ans d'écart entre la condition des hommes et celle des femmes sur la planète, tous continents confondus.

La justice est clémente, complaisante avec les délinquants, l'erreur est humaine et il est bien connu que les hommes sont essentiellement soumis aux urgences de leur pouvoir et au pouvoir de leur sexe. 

En revanche, si l'erreur est humaine, une femme ne l'est pas encore, humaine. Juste une erreur.

 

 

 

 

Il est à noter, par ailleurs, que d'innombrables femmes, notamment asiatiques, mais aussi Russes, Bulgares, Roumaines, etc, sont encore 'esclaves'* sexuelles (bars spécialisés, clubs privés, salons de massage, etc) dans de nombreux pays où s'importe l'exploitation de la misère humaine (et quelles que soient la confession religieuse et les moeurs officielles du-dit pays) pour divertir les riches locaux et tous les ressortissants étrangers de la planète. Exploitation sexuelle commise en toute légèreté ; ces trafics sont justifiés par la fortune des usagers. Les irrépressibles "lois du marché"...

 

 

 

* esclaves :

on ignore si ces femmes sont rémunérées pour leurs prestations

ou si elles sont privées de liberté en échange d'être logées et nourries par des proxénètes.

Articles récents