Erzavkabum

Erzavkabum

droit de l'indifférence

Publié par katia sur 16 Septembre 2012, 09:13am

©"Profil de lumière" d'Odilon Redon

profil-de-lumiere-by-odilon-redon-1.jpgNous sommes nombreux à ne pas croire en dieu,

respectueux des confessions tant qu'elles-mêmes le sont,

par une règle tacite et élémentaire de paix réciproque.

 

D'indifférence courtoise.


Nous sommes nombreux à être fondamentalement amoureux de l'immensité infiniment illimitée, et pourtant, chaque jour des salves d'images et d'informations sur les plus obscurs aspects de l'idéologie religieuse, la dérive des "fidèles",

les témoignages pathétiques de leur irrévérence,

l'ignorance et l'irrespect à l'égard des libertés inaliénables

de l'individu et de l'Humanité.


Là-bas, un allumé outre-Atlantique (troublion du "lobby copte", cousiné aux Mormons républicains ?), fabrique une merde et tout le monde, ou presque,

s'empresse de la visionner.

De l'autre côté, l'embrasement d'autre extrême,

les deux pieds dans le piège.

Et puis, ici, le discours incohérent d'un Primat des Gaules, à l'égard d'un projet de loi de la société civile et qui, à bien des égards, ne le concerne pas.

 

Et toujours, historique, interminable,

la terre martyre de Palestine, encore en sang sous prétexte de concepts de "Terre Promise" et ce que tout - de ce principe, autorise.

 

Et là-bas et ailleurs, ces guerres, ces leurres au nom de ce qu'ils ont défiguré.

 

Et le tout relayé par la complaisance des médias pour en diaboliser les natures et caractères. (Miam !). On le sait, l'obscurantisme religieux n'a jamais élevé l'humanité, façonné le meilleur des civilisations pour ouvrir les sociétés. La religion s'avère alors une loge carcérale, inquisitionnelle, brutale du pire, effroyablement intolérante quand elle se radicalise par la barbarie.*


On n'a pas à subir ça. 


On voit les ravages de ces dérives depuis des siècles. Le fondamentalisme incapable d'atteindre l'idéal serein de l'idéologie "fraternelle", tolérante, respectueuse, voire affectueuse. 

>> Le simple fait d'être femme serait être victime d'être coupable, coupable d'être victime.

Ça commence là, au b.a.-ba.

L'obscurantisme fait de son idole un Lord of Wars, aveugle et borgne à la fois - S'Il existe, et tel qu'on lui prête ce qu'on prétend, il doit être bien triste, le pauvre, d'être traduit par des malcomprenants.

Comment réfléchit, doute et pense celui qui d'emblée s'en remet à un Haut concept, s'en justifie de mille et une manières, pour ne pas être responsable ? "La volonté de dieu", l'alibi commun, insupportable, qui répond à tout, répond de l'innommable. Comme c'est pratique ...  

 

Au nom du principe de laïcité, il serait bon à présent de respecter dans l'espace public ce qu'il en est aussi d'athéïsme.

A commencer dans la déontologie journalistique. Nous foutre la paix avec les fous de Dieu.

Ce qui permettrait de (se) rappeler qu'Il ne figure pas dans notre Constitution.


Qu'ils exercent leurs convictions entre adultes responsables et consentants, avec humilité et décence.

Chose Intime, s'il en est.

 

Qu'on respecte le droit fondamental de l'indifférence des nous-autres nombreux "mécréants".

Respecter la différence et que son principe soit partagé, intelligiblement préservé.

__

 

* Existe-t-il une sorte de Comité des Sages international, qui au nom des Droits de l'Homme, cadrerait, endiguerait ces délinquances dogmatiques, ces délires dramatiques ? Qui envisagerait une mise à jour, urgente, des Textes fondateurs pour réparer les ponts et faire lien avec l'humanité (l'ensemble de ses réalités) contemporaine ? etc. Revenir au premier sens du Sacré.


Ce n'est pas au monde entier d'essuyer les plâtres des incohérences ontologiques, des violences qu'elles suscitent !

 

Nous sommes nombreux à ne pas croire en Dieu, qu'il soit particulaire ou particulier.

Nombreux, curieux de l'immensité infiniment illimitée, de son ouverture humaniste vers l'Humanité.
 

Articles récents