Etzivakibarum

done

10 Octobre 2013, 15:07pm

Ça n'augure jamais rien de bon quand les gens de Lettres n'écrivent pas en toutes lettres le mot qui convient, le laisse au silence assourdissant. N'osent pas écrire en toutes lettres le parti politique frontiste, d'extrême français, figuré dans le texte par un l' _______ ______. Parce que la chef de ce parti a menacé, encore menacé, menacé celui-qui. Quelle menace ? Menace inutile, impossible. 'Extrême' et 'droite' sont deux noms communs de la langue française. Comme appartient à ceux qui l'ont créée, l'image concrète à laquelle ces deux mots renvoient. Ça...personne n'y peut rien.

Et puis, la liberté d'expression (figurant à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme) ce droit imprescriptible, inaliénable.


Ça n'augure rien de bon quand on s'attache à la correction d'une cédille, à l'anecdote. C'est pas bien compliqué d'évoquer cet acteur vieillissant qui n'a jamais prétendu être un autre que lui-même, méprisant les autres, les femmes, ses enfants ; tout ce qui n'est pas lui.

Il en a toujours été ainsi. Cet homme vit en Suisse et Marine est en France. Ça n'augure rien de bon quand dans un pays en paix (encore), en France, les gens de Lettres, les journalistes se censurent en permanence. Veulent en dire, l'écrire, mais par la litote, le calembour "qui vont bien" sur des sujets lourds, surtout pas tout, ni au bout (faut pas pousser...).

 

C'est cool.

 

Ici un très bel article sur Alfredo Jaar, artiste qui travaille sur la nature des images, leur déguisement pour le suffrage émotionnel, la manipulation divertissante, sur la liberté d'expression falsifiée, truquée, travestie, escamotée, opprimée.

 

Continuer, continuer, continuer... à lutter. Merci à lui